Monument mou

Philippe Internoscia

Monument mou

  • Exposition
© Philippe Internoscia, Vue de l'exposition Monument mou, Galerie B-312, 2021. Photo : Guy L'Heureux

Philippe Internoscia vit et travaille à Montréal. En 2016, il termine une formation en réalité virtuelle à la Société des arts technologiques de Montréal (SAT) et obtient en 2017 une maîtrise en intermédias de l’Université Concordia. Par la création d’environnements et de figures oniriques, Internoscia exploite le potentiel créatif de l’espace informatique 3D à travers des images réalistes et déroutantes. Son travail a été présenté au sein d’expositions individuelles et collectives telles que Message Board (Studio Kura, Japon, 2019), Black Market (Université Concordia, 2017), Malléabilité (Tempsspace, 2019) et AUTOMATA : Biennale internationale d’art numérique (Arsenal, Montréal, 2016). 

Site web

12 février 2021 au 20 mars 2021

La Galerie B-312 présente, dans sa petite salle, Monument mou de Philippe Internoscia. La vidéo s’ouvre sur un enchevêtrement de quatre corps architecturaux, recouverts de poils pubiens, flottants, se mouvant, s’entrechoquant et s’interpénétrant dans un espace virtuel vide, clos et restreint. L’anthropomorphisme érotique de l’animation, séquence après séquence, trouble. Par le contraste entre les mouvements évoquant de possibles scènes de séduction et le rendu quasi grotesque des formes architecturales velues. Par le caractère explicite que suggèrent ces mouvements renvoyant à une sexualité queer, libre et alternative. Par l’absence de repères face à ce que l’on voit, aussi.—La vidéo, une animation 3D, a été réalisée suite à une résidence de création au Centre de production Daïmôn en 2018. Inspiré par l’architecture de la capitale nationale, l’artiste modélise les monuments néoclassiques et néogothiques de la ville. Transposés dans son univers, ils sont insufflés d’une impression de vie organique grâce à divers algorithmes et calculs où la technologie 3D permet une transposition virtuelle, mai aussi corporelle et libidinale.—Alors que la technologie ne cesse de se raffiner pour arriver à simuler la réalité, dans le domaine du cinéma ou du divertissement par exemple, où le réalisme photographique est investi pour une recherche de simulation parfaite afin d’illusionner et créer du spectaculaire, Philippe Internoscia semble se tourner vers l’animation 3D pour la liberté de création qu’elle autorise. Faire une oeuvre qui ne peut exister que virtuellement sans avoir à se soumettre aux conditions matérielles. Outre l’apprentissage et la connaissance des logiciels d’animation – ce qui représente un défi en soi afin de maîtriser un ensemble d’opérations et d’exécutables –, l’imagination devient la seule balise dans cet espace numérique et immatériel. L’univers onirique de l’artiste se voit donc enrichi de figures fantasmées venant appuyer ses réflexions sur la culture queer et la vision alternative du corps et de l’objet. Entre amusement et malaise, Monument mou hypnotise et c’est avec p