Méditation graphique — Montréal 2015

Camila Eslava

Méditation graphique — Montréal 2015

En résidence — Échange Québec/Colombie (CALQ)

Résidence
Camila Eslava Méditation graphique — Montréal 2015 © Camila Eslava_meditation graphique_Galerie B-312_2015
© Camila Eslava_meditation graphique_Galerie B-312_2015

Mon travail évolue dans un état contemplatif. Il émerge de l’expérimentation de mon énergie mentale comme un fluide qui circule sans arrêt entre l’intérieur et l’extérieur de moi-même. J’expérimente plastiquement ce processus de circulation par les actions de tisser et de dessiner, vécues toutes deux comme une sismographie des gestes intérieurs. De ces actions naissent des installations et des univers de formes, des corporéités événements graphiques qui suggèrent une multiplicité d’organisations et de relations pour la perception. Des éléments simples tels que des lignes, des taches, des points ou autres formes très épurées, deviennent, dans leur répétition, leur variation, leur accumulation et leur juxtaposition, une pratique méditative au cours de laquelle les formes se complexifient à travers moi et me montrent à chaque fois de nouvelles directions à tracer. De cette manière, mon travail commémore la plasticité de l’univers par l’aspect transitoire de ses formes et de l’énergie mentale qui les crée et les perçoit.

16 mai 2015 - 13 juin 2015

Dans le cadre des résidences croisées Québec/Colombie chapeautées par le CALQ, la Galerie B-312 accueille l'artiste colombienne Camila Eslava. L'artiste profitera de son séjour à Montréal pour réaliser une série de dessins qu'elle fera parvenir, de manière aléatoire, à des résidents de l'île. Au terme de sa résidence, un événement convivial prenant la forme d'un 5 à 7 clôturera sa résidence.—Lorsque vous viendrez nous rencontrer à la Galerie B-312, peut-être l'apercevrez-vous en train de dessiner, près des fenêtres, sous la lumière changeante au fil des jours.—Camila Eslava est née en Colombie. Elle vit et travaille actuellement à Paris. Elle obtenait en 2014 un doctorat en Esthétique et Science de l'Art de l'Université Paris VIII. Son œuvre se fait en méditant, en voyageant et en dessinant. Sur cette page web, vous pouvez suivre les développements de la résidence et suivre le processus de travail en cours actuellement.

Camila Eslava

Méditation graphique — Montréal 2015

En résidence — Échange Québec/Colombie (CALQ)

16 mai 2015 - 13 juin 2015
Camila Eslava Méditation graphique — Montréal 2015 © Camila Eslava_meditation graphique_Galerie B-312_2015
© Camila Eslava_meditation graphique_Galerie B-312_2015

Dans le cadre des résidences croisées Québec/Colombie chapeautées par le CALQ, la Galerie B-312 accueille l'artiste colombienne Camila Eslava. L'artiste profitera de son séjour à Montréal pour réaliser une série de dessins qu'elle fera parvenir, de manière aléatoire, à des résidents de l'île. Au terme de sa résidence, un événement convivial prenant la forme d'un 5 à 7 clôturera sa résidence.—Lorsque vous viendrez nous rencontrer à la Galerie B-312, peut-être l'apercevrez-vous en train de dessiner, près des fenêtres, sous la lumière changeante au fil des jours.—Camila Eslava est née en Colombie. Elle vit et travaille actuellement à Paris. Elle obtenait en 2014 un doctorat en Esthétique et Science de l'Art de l'Université Paris VIII. Son œuvre se fait en méditant, en voyageant et en dessinant. Sur cette page web, vous pouvez suivre les développements de la résidence et suivre le processus de travail en cours actuellement.

Mon travail évolue dans un état contemplatif. Il émerge de l’expérimentation de mon énergie mentale comme un fluide qui circule sans arrêt entre l’intérieur et l’extérieur de moi-même. J’expérimente plastiquement ce processus de circulation par les actions de tisser et de dessiner, vécues toutes deux comme une sismographie des gestes intérieurs. De ces actions naissent des installations et des univers de formes, des corporéités événements graphiques qui suggèrent une multiplicité d’organisations et de relations pour la perception. Des éléments simples tels que des lignes, des taches, des points ou autres formes très épurées, deviennent, dans leur répétition, leur variation, leur accumulation et leur juxtaposition, une pratique méditative au cours de laquelle les formes se complexifient à travers moi et me montrent à chaque fois de nouvelles directions à tracer. De cette manière, mon travail commémore la plasticité de l’univers par l’aspect transitoire de ses formes et de l’énergie mentale qui les crée et les perçoit.