LA CAPACITÉ DU TÉLÉSCOPE À CHOISIR PARMI LES MODÈLES DE L'UNIVERS

JULIE TREMBLE

LA CAPACITÉ DU TÉLÉSCOPE À CHOISIR PARMI LES MODÈLES DE L'UNIVERS

Exposition
Julie Tremble LA CAPACITÉ DU TÉLÉSCOPE À CHOISIR PARMI LES MODÈLES DE L'UNIVERS © Julie Tremble—Galerie B-312—Crédit photo : Julie Tremble
© Julie Tremble—Galerie B-312—Crédit photo : Julie Tremble

Julie Tremble détient une maîtrise en études cinémato-graphiques de l’Université de Montréal (2005) ainsi qu’un baccalauréat combinant cinéma et philosophie (2000). Son travail a été présenté au Canada, en France, en Indonésie et aux États-Unis, dans des galeries et des centres d’artistes, ainsi que lors de différents festivals. En 2013, elle reçut le prix du CALQ pour la meilleure œuvre d’art et d’expérimentation. Ses vidéos sont distribuées par le Groupe Intervention Vidéo (GIV). Depuis 2015, elle est directrice de Vidéographe. Julie Tremble est représentée par la Galerie Joyce Yahouda. L’artiste tient à remercier le Conseil des arts du Québec pour une bourse recherche-création. 


julietremble.com
17 novembre 2016 - 17 décembre 2016

La Galerie B-312 a le plaisir de présenter, dans sa petite salle, l’installation vidéo La capacité du télescope à choisir parmi les modèles de l’univers, de Julie Tremble. Avec cette proposition, l’artiste poursuit ses recherches sur les phénomènes astronomiques et sur notre façon de les découvrir, de les observer, de les comprendre. Elle s’est intéressée plus particulièrement à la magnification de l’objet spatial et à la façon dont les scientifiques s’y prennent pour transformer calculs et données en références visuelles. Cette transcription permet de rendre compte des phénomènes qui resteraient abstraits tant leur perception directe est impossible. Les images que l’on connaît de l’espace sont en fait une construction visuelle avec leur propre grammaire scientifique. Ces représentations permettent de fixer mentalement les théories et conceptions mises de l’avant par les chercheurs. Assemblages de vues partielles, ajouts de rayons ultraviolets et infrarouges aux photos et animations des phénomènes de l’espace en accéléré sont là quelques exemples de stratégies qu’utilisent les scientifiques pour rendre l’univers encore plus fascinant. Cette séduction est essentielle, la conquête spatiale demande des investissements majeurs et les grands projets sont maintenant financés par des consortiums de plusieurs pays. Dans La capacité du télescope à choisir parmi les modèles de l’univers, Julie Tremble utilise et détourne, à son échelle, les mêmes stratégies visuelles. Les collages d’images, d’extraits de films et les animations 3D que l’artiste propose sont nourris de ses recherches sur l’histoire de l’astronomie moderne et de ses technologies, mais s’étoffent également d’une réflexion sur les codes, les clichés, la dramatisation et le spectaculaire qui sont associés aux représentations de l’univers. 

– Isabelle Guimond

JULIE TREMBLE

LA CAPACITÉ DU TÉLÉSCOPE À CHOISIR PARMI LES MODÈLES DE L'UNIVERS

17 novembre 2016 - 17 décembre 2016
Julie Tremble LA CAPACITÉ DU TÉLÉSCOPE À CHOISIR PARMI LES MODÈLES DE L'UNIVERS © Julie Tremble—Galerie B-312—Crédit photo : Julie Tremble
© Julie Tremble—Galerie B-312—Crédit photo : Julie Tremble

La Galerie B-312 a le plaisir de présenter, dans sa petite salle, l’installation vidéo La capacité du télescope à choisir parmi les modèles de l’univers, de Julie Tremble. Avec cette proposition, l’artiste poursuit ses recherches sur les phénomènes astronomiques et sur notre façon de les découvrir, de les observer, de les comprendre. Elle s’est intéressée plus particulièrement à la magnification de l’objet spatial et à la façon dont les scientifiques s’y prennent pour transformer calculs et données en références visuelles. Cette transcription permet de rendre compte des phénomènes qui resteraient abstraits tant leur perception directe est impossible. Les images que l’on connaît de l’espace sont en fait une construction visuelle avec leur propre grammaire scientifique. Ces représentations permettent de fixer mentalement les théories et conceptions mises de l’avant par les chercheurs. Assemblages de vues partielles, ajouts de rayons ultraviolets et infrarouges aux photos et animations des phénomènes de l’espace en accéléré sont là quelques exemples de stratégies qu’utilisent les scientifiques pour rendre l’univers encore plus fascinant. Cette séduction est essentielle, la conquête spatiale demande des investissements majeurs et les grands projets sont maintenant financés par des consortiums de plusieurs pays. Dans La capacité du télescope à choisir parmi les modèles de l’univers, Julie Tremble utilise et détourne, à son échelle, les mêmes stratégies visuelles. Les collages d’images, d’extraits de films et les animations 3D que l’artiste propose sont nourris de ses recherches sur l’histoire de l’astronomie moderne et de ses technologies, mais s’étoffent également d’une réflexion sur les codes, les clichés, la dramatisation et le spectaculaire qui sont associés aux représentations de l’univers. 

– Isabelle Guimond

Julie Tremble détient une maîtrise en études cinémato-graphiques de l’Université de Montréal (2005) ainsi qu’un baccalauréat combinant cinéma et philosophie (2000). Son travail a été présenté au Canada, en France, en Indonésie et aux États-Unis, dans des galeries et des centres d’artistes, ainsi que lors de différents festivals. En 2013, elle reçut le prix du CALQ pour la meilleure œuvre d’art et d’expérimentation. Ses vidéos sont distribuées par le Groupe Intervention Vidéo (GIV). Depuis 2015, elle est directrice de Vidéographe. Julie Tremble est représentée par la Galerie Joyce Yahouda. L’artiste tient à remercier le Conseil des arts du Québec pour une bourse recherche-création.