L'autre au portrait, une amitié à propos

FRANCINE SAVARD, JEAN-ÉMILE VERDIER, MARIO CÔTÉ, RAYMOND LAVOIE, STÉPHANE LA RUE

L'autre au portrait, une amitié à propos

Exposition
Francine Savard L'autre au portrait, une amitié à propos 2 mars 2007 - 7 avril 2007

—VERNISSAGE VENDREDI 02 MARS 2007 À 19H

Ils conduisent chacun leur carrière, œuvrent chacun à leur manière, mais travaillent aussi ensemble. Au fil des ans, ils en ont fait une exigence, poussés par le constat à peine concevable que l’art ne connaît pas la propriété individuelle ; il se love plutôt au cœur d’une ressemblance, au creux d’un relevé, dans le pli du respect qu’on porte au travail d’autrui.—Une première expérience avait été tentée entre 1996 et 1998. Elle donna lieu au Mensonge de la couleur, une exposition présentée au Montréal Télégraphe en 1998, et consacrée à la couleur, au grand format et à la valeur politique du geste artistique. Depuis, ils ont continué, tantôt avec enthousiasme tantôt avec hésitation. L’expérience, déjà inouïe, fut poussée plus loin encore.—L’autre au portrait, une amitié à propos réunit un ensemble de travaux non signés réalisés en ayant en tête la tournure d’esprit de l’autre, et en main l’impulsion qui le mobilise à faire ce qu’il fait comme il le fait. Portraiturer, non pas le peintre, mais sa peinture, le portrait de groupe n’étant pas exclu. Dès lors, chacun allait se laisser dépouiller de son trait, de son tracement, de son dessin ; un autre que lui s’engageait à peindre comme lui. Mais chacun acceptait aussi l’inverse, chacun acceptait de trahir le trait de l’autre, de trahir le cœur d’où il décide à chaque fois de son geste.—Résultat : aucun pastiche, pas de contrefaçon, aucune copie, pas d’imitation de forme, de manière ou de traitement, seulement un malaise inqualifiable quant aux sujets peints, à l’identité des auteurs et à la valeur artistique des œuvres. Pas de visage fixe non plus pour l’exposition dont le montage variera de semaine en semaine. —Une conférence suivie d’une discussion aura lieu le vendredi 6 avril 2007 à partir de 19h dans l’espace de l’exposition.—Nous remercions vivement la Galerie B-312 pour son accueil sans réserve ni hésitation. 

—JEAN-ÉMILE VERDIER

 

FRANCINE SAVARD, JEAN-ÉMILE VERDIER, MARIO CÔTÉ, RAYMOND LAVOIE, STÉPHANE LA RUE

L'autre au portrait, une amitié à propos

2 mars 2007 - 7 avril 2007
Francine Savard L'autre au portrait, une amitié à propos

—VERNISSAGE VENDREDI 02 MARS 2007 À 19H

Ils conduisent chacun leur carrière, œuvrent chacun à leur manière, mais travaillent aussi ensemble. Au fil des ans, ils en ont fait une exigence, poussés par le constat à peine concevable que l’art ne connaît pas la propriété individuelle ; il se love plutôt au cœur d’une ressemblance, au creux d’un relevé, dans le pli du respect qu’on porte au travail d’autrui.—Une première expérience avait été tentée entre 1996 et 1998. Elle donna lieu au Mensonge de la couleur, une exposition présentée au Montréal Télégraphe en 1998, et consacrée à la couleur, au grand format et à la valeur politique du geste artistique. Depuis, ils ont continué, tantôt avec enthousiasme tantôt avec hésitation. L’expérience, déjà inouïe, fut poussée plus loin encore.—L’autre au portrait, une amitié à propos réunit un ensemble de travaux non signés réalisés en ayant en tête la tournure d’esprit de l’autre, et en main l’impulsion qui le mobilise à faire ce qu’il fait comme il le fait. Portraiturer, non pas le peintre, mais sa peinture, le portrait de groupe n’étant pas exclu. Dès lors, chacun allait se laisser dépouiller de son trait, de son tracement, de son dessin ; un autre que lui s’engageait à peindre comme lui. Mais chacun acceptait aussi l’inverse, chacun acceptait de trahir le trait de l’autre, de trahir le cœur d’où il décide à chaque fois de son geste.—Résultat : aucun pastiche, pas de contrefaçon, aucune copie, pas d’imitation de forme, de manière ou de traitement, seulement un malaise inqualifiable quant aux sujets peints, à l’identité des auteurs et à la valeur artistique des œuvres. Pas de visage fixe non plus pour l’exposition dont le montage variera de semaine en semaine. —Une conférence suivie d’une discussion aura lieu le vendredi 6 avril 2007 à partir de 19h dans l’espace de l’exposition.—Nous remercions vivement la Galerie B-312 pour son accueil sans réserve ni hésitation. 

—JEAN-ÉMILE VERDIER