En résidence à la Factatory

Thomas Bégin
Commissaires—Marthe Carrier et Chloé Grondeau

En résidence à la Factatory

Conversations. Montréal | Lyon

  • Résidence
© Galerie B-312 — Thomas Bégin, Lyon, 2018

Initié par les commissaires Marthe Carrier et Chloé Grondeau, la Galerie B-312 (Montréal) propose Conversations. Montréal | Lyon,un projet d’expositions au sein duquel Lyon et Montréal se rencontrent afin de mettre l’emphase sur les scènes de leurs villes respectives. Deux territoires et surtout deux bassins d’artistes jouissant d’une importante reconnaissance publique. Relevant d’une pluralité de médiums et d’un éventail d’artistes à différentes étapes de leur carrière, cette proposition transatlantique aura lieu en deux temps, au printemps 2018 à Lyon et à l’automne 2018 à Montréal.—La diffusion sur la scène internationale est un enjeu important pour les artistes œuvrant en art actuel. À travers des résidences, des expositions et des œuvres présentées dans plusieurs lieux simultanément, Conversations offre une occasion inouïe de prendre la mesure de l’art en-train-de-se-faire de part et d’autre de nos frontières.—Ancrée dans la réciprocité, ce projet réunit plusieurs artistes, commissaires et travailleurs culturels autour d’une même conversation sur l’art. Montréal et Lyon, deux territoires historiquement liés par de nombreuses coopérations. Conversations, un projet proposant l’occupation du territoire par l’art.

GALERIE TATOR
Lieu de diffusion dédié aux arts plastiques, au design et à l’architecture. Sa programmation est volontairement tournée vers l’expérimentation, dans le sens où elle conçoit l’exposition comme un projet, une recherche ou la mise en exergue d’un processus. Elle privilégie aussi la notion de transversalité, croisant sciemment les pratiques et les démarches. La galerie organise 5 expositions par an dans son espace ainsi que des projets hors les murs, dans des cadres ponctuels, comme la participation à des évènements culturels régionaux: Fête des Lumières, Biennale d’art contemporain de Lyon, Biennale ‘Musiques en scène’, Biennale Internationale Design Saint-Etienne, Biennale de l’architecture… mais également des projets qui s’inscrivent dans la durée comme le jardin artistique et partagé de l’Ilot d’Amaranthes d’Emmanuel Louisgrand (quartier de la Guillotière, Lyon 7ème), aujourd’hui pérenne au coeur de la place Mazagran, ou encore comme la Factatory (architecte: Philippe Rizzotti), architecture modulaire abritant des ateliers de travail pour artistes et designers, installée sur un terrain paysagé de la SNCF, faisant office de parc de sculptures (quartier Jean Macé, Lyon 7ème).

8 mars 2018 au 31 mars 2018

Les œuvres de Thomas Bégin prennent la forme d’installations sonores, cinétiques et robotiques fabriquées à partir d’équipements audiovisuels désuets, d’instruments de musique récupérés et de rebuts électroniques. Son processus de création interroge différents savoirs scientifiques, techniques et artistiques à partir desquels il développe des stratégies de réappropriation de technologies usuelles. En activant ses dispositifs, il amorce des discours alternatifs au sujet de ces outils technologiques, dans un cadre de création artistique. Plus récemment, il a abordé plusieurs de ses installations comme des types de « synthétiseurs » sonores permettant à la fois la production de sons et de bruits, mais aussi l’organisation de ces sons à l’intérieur de structures dynamiques émergeant directement des propriétés physiques des matériaux dont ils sont constitués. Ses recherches explorent ainsi différentes possibilités de composition sonore à partir d’un travail d’assemblage plastique et technique propre à la sculpture. 

Thomas Bégin vit et travaille à Montréal. Son travail a été présenté lors d’évènements et de festivals en France, au Mexique, en Bulgarie, en Allemagne, aux États-Unis, au Québec et au Canada. Il a exposé son travail en solo dans plusieurs centres d’artistes et galeries du Québec et du Canada, notamment à Eastern Block (Montréal, 2017-2012), à la Mendel Art Gallery (Saskatoon, 2014), à la Fonderie Darling (Montréal, 2014), à Sporobole (Sherbrooke, 2012), à la Manif d’art de Québec (2012), au Lieu (Québec, 2009), à la Galerie B-312 (Montréal, 2006-2017), au centre DARE-DARE (Montréal, 2003) et à L’Écart (Rouyn-Noranda, 2003).

Conversations. Montréal / Lyon a été rendu possible grâce à l'appui du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts de Montréal et du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec / Fonds Émérillon de coopération franco-québécoise et de l'Institut français / Ville de Lyon.