CARRIED AWAY | L'INTERRUPTION

VIDA SIMON et JACK STANLEY

CARRIED AWAY | L'INTERRUPTION

  • Exposition
Vida Simon et Jack Stanley en résidence à la Galerie B-312

HORAIRE DES PERFORMANCES
LES MERCREDIS ET SAMEDIS—De 13 h à 16 h

13 janvier 
17 janvier 
24 janvier 
27 janvier 
31 janvier
3 février
7 février
14 février
17 février

À NOTER—EXCEPTIONNELLEMENT LES SAMEDIS
20 janvier—Aucune performance
10 février—Performance de 13 h à 14 h, avec la participation du musicien Malcolm Goldstein
Vous êtes libres d’aller et venir durant les performances.

Vida Simon combine différents médiums pour former des installations et des performances in situ. Son travail a été présenté sur la scène internationale dans des contextes très diversifiés. Parmi ses plus récents projets, mentionnons une exposition individuelle à la Kunsthalle Lingen (Allemagne) et une coproduction avec le 3e impérial (Granby, Québec). Le dessin traverse et lie toute sa pratique lui permettant d’exprimer plus directement son intérêt pour la narration visuelle, l’improvisation et la force des matières premières. Son travail porte le regard sur le détail, l’intime et l’éphémère.

Jack Stanley est critique d’art, commissaire indépendant, technicien et s’implique à différents niveaux dans les centres d’artistes montréalais. Son intérêt pour la pratique interdisciplinaire et l’art contextuel remonte au début des années 90, alors qu’il étudiait au Nova Scotia College of Art and Design. Depuis, ses préoccupations portent sur l’importance du lieu dans le contexte de production et de diffusion des œuvres d’art tout en portant une attention particulière aux notions d’hospitalité, de connaissances contextualisées, de régionalismes critique et de critiques institutionnelles.

11 janvier 2018 au 17 février 2018

La Galerie B-312 a le plaisir de débuter l’année 2018 avec la plus récente proposition de Vida Simon et Jack Stanley, Carried Away | L’interruption. Deux personnes dans un espace dépouillé. Ils portent des habits de travail semblables, taillés dans le même tissu. Elle dessine. Lui agit en retrait. Ils travaillent principalement en silence, mais sont continuellement en communication.—Elle se tient sur une plate-forme basse. Devant elle, une pile de papier et de nombreux bouts de fusains faits main. Elle dessine continuellement. Ses gestes ajoutent, mais effacent également. Une répétition, une itération d’actions. Sur le papier, le dessin et les traits se font écriture, marquent sa présence. Elle s’abandonne. Il observe, écrit, capte et cadre des images. C’est sa façon de lui répondre. Il intervient périodiquement. Il interrompt le geste, accordant un temps de pause à sa partenaire. Libérée momentanément, elle peut entreprendre une autre action. Elle sait qu’elle peut agir sans crainte. Quand ils ne sont pas dans l’espace, leur présence est tout de même visible. Les dessins inachevés et les outils laissés sur place donnent une impression de temps suspendu.—Enfin, il y a nous. À la fois devant et dans l’oeuvre en train de prendre forme. Assitant à la performance ou prenant note de l’espace en transformation. Nous faisons partie, en quelque sorte, de cette proposition se déployant dans l’espace et le temps.—Cette façon de travailler leur permet d’articuler des pans de leur pratique individuelle. Elle ouvre à un espace physique, mental et créatif singulier, basé sur la collaboration. De quelle manière la performance, le dessin, l’écriture et la photographie nourrissent-ils leur approche conceptuelle ? Comment, en retour, les notions et concepts issus de sources théoriques agissent-ils sur leur travail ? Dans leur proposition, Vida Simon et Jack Stanley adoptent une posture où leur association devient à la fois le moteur et le sujet de leur pratique, leur permettant de conserver, en s’observant l’un et l’autre, une part critique à leur travail où la notion d’auteur et de production d’objets d’art est remis en question.—Carried Away | L’interruption prendra forme durant les six prochaines semaines. Des performances se tiendront régulièrement. Une occasion exceptionnelle de prendre la mesure de la richesse de leur partenariat artistique devenu indissociable du lien intime qui les unit depuis plus de 24 ans. 

Cette performance-installation fait suite à des résidences à la Comox Valley Art Gallery en Colombie-Britannique (printemps 2017) et à la Galerie B-312 (été 2017).

 

—Isabelle Guimond